Usages d’Internet en epn : au Kiosque des Lilas (93)

De Wiki Accès Public.
Aller à : Navigation, rechercher

Le Kiosque, espace public numérique labellisé Point Cyb, reçoit 10 000 visites par an, majoritairement des habitants des Lilas. Plus qu’un musée de taille moyenne ! Et, comme dans tout epn, on y observe chez les enfants, les jeunes et les adultes des usages sur lesquels on se penche trop rarement. C’est ce qu’analyse ici Fabrice Perez, un des animateurs du lieu, en s’intéressant en particulier aux relations parents-enfants qui se jouent autour des TIC.

Avant de donner la parole à Fabrice, précisons quatre points qui influent sur ces usages :

  • le Kiosque [1] est ouvert en journée du lundi au jeudi, mais pas en soirée.
  • le Kiosque propose aux lilasiens de tous âges les activités suivantes : accès Internet pour effectuer des recherches dans le cadre scolaire ; démarches administratives en ligne ; initiation à l’informatique ; recherche d’emploi, de formation et de stage ; achats en ligne ; accès à l’information et à la culture par le biais d’Internet ; aide au montage de projet...
  • le Kiosque n’est pas qu’un Point Cyb. C’est aussi un bureau information jeunesse, un lieu d’écoute/santé, une antenne de la mission locale et un point d’accès au droit.
  • les usagers du Kiosque peuvent y venir avec leur ordinateur, pour s’initier dessus ou installer un logiciel, etc.

GénérationCyb.net : Bonjour Fabrice. Le Kiosque est ouvert aux enfants et aux jeunes à partir de quel âge ?

Fabrice Perez : Il n’y a pas d’âge minimum. Si un enfant a moins de douze ans, notre règlement demande juste qu’il soit accompagné par un adulte. Nous possédons par ailleurs un logiciel pare-feu efficace, qui interdit l’accès à des sites pouvant choquer les mineurs. Deux types d’accès sont proposés aux enfants : un accès libre et des ateliers. Parlons des ateliers avant de revenir à l’accès libre. Nous avons proposé pendant un an des ateliers en lien avec un centre de loisirs voisin qui voulait expérimenter les TIC avec des groupes de maternelle et de primaire. Cela a été très positif, et le centre de loisirs a ensuite acquis du matériel et ouvert une salle multimédia. Nous jouons sur la ville un rôle d’incubateur de projets TIC. Nous co-animons aussi des ateliers avec le service Jeunesse de la mairie, en particulier pendant les vacances scolaires : ateliers de musique hip-hop, atelier journal en lien avec l’atelier d’écriture du service de soutien scolaire de la ville, etc. Nous ne proposons pas d’ateliers de création multimédia car le centre culturel le fait très bien.

Quant à l’accès libre, il est possible sur réservation le mardi, le mercredi après-midi et le jeudi, et sans réservation - un animateur est alors présent pour gérer l’accès aux ordinateurs et aider les usagers - le lundi après-midi et le mardi de 16h à 18h.

Différents publics viennent au Point Cyb sur ces plages d’accès libre.

Lorsqu’un cours se termine plus tôt que prévu, des jeunes du collège d’à côté viennent en groupe, pour jouer par exemple sur des jeux Flash en ligne. Il y en a alors souvent un qui, au bout d’un moment, utilise l’ordinateur pour faire ses devoirs, par exemple effectuer une recherche d’informations sur Internet. Il se fait le plus souvent « chambrer » par les autres, mais c’est lui qui reste le plus longtemps.

Certains viennent aussi consulter ou alimenter des blogs. Plusieurs se sont ainsi trouvés un jour à visiter le blog où l’un d’entre eux avait placé des photos prises au collège avec son téléphone portable. On voyait sur une photo un des pions du collège... qui était assis à côté d’eux, dans le Point Cyb, sans qu’ils l’aient reconnu. Le pion s’est introduit dans la discussion et cela a provoqué une discussion très intéressante sur le respect du droit à l’image. Le mercredi après-midi, les jeunes viennent en général faire leurs devoirs et leurs recherches sur Internet. Globalement, les blogs, les podcasts et MySpace sont rarement demandés chez nous, car notre « offre » est ciblée sur d’autres domaines.

GCN : Et le chat ?

FP : MSN n’est pas installé sur nos postes, mais nous avons son équivalent libre, Gaim, et Web Messenger.

GCN : Penses-tu que les enfants et jeunes qui fréquentent le Kiosque consacrent trop de temps à Internet, au détriment d’autres activités sportives ou culturelles ?

FP : Au départ, j’étais sur un a priori assez négatif. J’avais peur qu’ils délaissent les autres activités (football, tir à l’arc...) au profit d’Internet et qu’ils profitent du fait que l’on est souple sur les horaires. Mais je constate qu’ils partent à l’heure du Kiosque pour aller pratiquer ensuite d’autres activités. J’ai l’impression qu’ils intègrent le Kiosque parmi toutes leurs activités, en sachant garder un équilibre entre chacune. Mais j’avoue que chez eux, je ne sais pas comment cela se passe.

GCN : Qu’observes-tu des relations parents-enfants lorsqu’ils viennent ensemble au Kiosque ?

FP : On voit qui fait la loi sur l’ordinateur : c’est le jeune ou l’enfant. Je constate qu’il existe différentes attitudes des parents ou grands parents, car c’est quelquefois aussi un grand parent qui accompagne l’enfant. Parfois également, c’est l’enfant qui retrouve un parent qui lui a dit : « A la sortie de l’école, viens me rejoindre au Kiosque ».

Une première attitude est de considérer qu’à partir du moment où c’est une activité d’enfant ou de jeune, on ne s’y intéresse pas, et on s’assoit dans la pièce voisine.

Une seconde attitude consiste à faire ses activités sur Internet (démarches administratives, recherche d’emploi, commande de billet de train, etc.) pendant que l’enfant fait les siennes. Il n’y a pas de lien entre ce que fait l’adulte et ce que fait l’enfant. Cela se passe sans doute de la même façon à la maison. Mais cela n’empêche pas l’adulte de porter des jugements : « Ce jeu est trop violent », etc. Je réponds souvent : « Pourquoi vous ne l’arrêtez pas ? » [3].

Je crois que cette attitude contradictoire n’est pas spécifique à Internet. On la retrouve dans les rapports qu’ont les parents avec le rap, par exemple. C’est dommage, car l’adulte et l’enfant ont des choses à s’apprendre l’un et l’autre. Ce qui m’inquiète, c’est le fait de déléguer l’éducation à cet outil (Internet) à l’école (ou aux espaces publics numériques, mais les parents connaissent peu les epn : qui cite les epn comme lieu d’éducation à Internet ?). Il existe encore une troisième attitude que j’observe chez les parents et qui m’intéresse : lorsqu’un adulte amène un enfant au Kiosque en sachant que c’est l’enfant qui va être l’éducateur de l’adulte. « Comment fais-tu une recherche dans Google ? », « Comment tu fais pour envoyer un fichier joint ? », « Comment tu fais une commande sur Internet ? », « Comment tu fais pour taper une lettre ? »...

Dans l’autre sens - l’adulte qui enseigne à l’enfant qu’il amène avec lui - je n’ai encore jamais vu ici...

GCN : Comment ça se passe, Internet à la maison, pour les enfants qui viennent au Kiosque et leur famille ?

FP : On n’a pas encore interrogé beaucoup les enfants et les parents là-dessus. Ce qui est sûr, c’est que venir ici amène de grandes discussions sur la présence d’Internet à la maison ou dans la chambre. Des parents hésitent à avoir Internet à domicile, de peur qu’il ne soit « squatté » par l’enfant : « Je n’aurai pas assez d’autorité pour le sortir de là ». Je constate une autre attitude lorsque le jeune entre au lycée : « Internet, je ne comprends pas bien, mais je l’ai pris pour que mes enfants réussissent à l’école ».

Le discours des parents est souvent : « Je préfère venir ici avec vous, car je n’y arrive pas [4] avec mon fils. »

[1] 167 rue de Paris, 93260 Les Lilas, tél. 01 48 97 21 10, lekiosque.leslilas@wanadoo.fr.

[2] Ce qui fait dire à Fabrice : « Je pense que la hantise des animateurs multimédias, c’est l’« ami informatique » qui installe plein de logiciels sur l’ordinateur de l’usager... qui nous apporte ensuite sa machine car il est incapable de la faire fonctionner ! ».

[3] C’est l’attitude contradictoire des parents relevée par exemple avec MySpace (voir article Pratiques communautaires des jeunes sur Internet) : les mêmes qui croient que MySpace est un repère de pédophiles laissent leur enfant surfer sur Internet pendant des heures dans sa chambre...

[4] A utiliser Internet.

Mis en ligne le mardi 24 octobre 2006 sur http://www.generationcyb.net.

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Imprimer / exporter